Le Virois Masqué
Marche pour le climat… bonne pour la santé ?

Dès début mars 2020, nous étions en alerte sanitaire. Il était recommandé de ne pas se réunir, ne pas trop se rapprocher, ne pas se serrer la main ni s’embrasser pour éviter la diffusion du virus.

Malgré cela, le samedi 14 mars 2020, diverses associations prenaient le risque de manifester pour le climat en prétendant se battre contre la fin du monde.

Trois jours après, le mardi 17 mars 2020 le chef de l’État décidait d’un confinement pour enrayer le développement de l’épidémie.

Pour se battre contre la fin du monde, et arriver à la fin du mois, encore faut il y arriver vivant.

Le moins qu’on puisse dire est que ces associations n’ont pas été très clairvoyantes en prenant le risque de développer un cluster.

Donc que penser de l’action de l’Intersyndicale de Vire, de Solidaire, de la CGT, de FSU, des Gilets jaunes de Vire et d’Extinction rébellion Vire ?

« Mêmes responsables, même combat », certains ne sont pas arrivés à la fin du mois à cause du virus. Nous trouvons donc des responsables. Ou plutôt irresponsables.

Cela ne dit pas que leur combat ne soit pas juste mais le moins qu’on puisse penser est qu’ils devraient se remettre en question sur leurs actions.

Prétendre protéger le peuple en le mettant en danger….

Peut être penseraient ils que j’aurais mieux fait de jeter le tract (ailleurs que sur la voie publique) pour qu’il soit oublié !

Les écrits ne s’envolent pas et sont faits pour être diffusés après tout !

Anniversaire du mouvement des gilets jaunes.

Le 17 novembre est le troisième anniversaire du début du mouvement des gilets jaunes.

Rappelez vous, ce mouvement populaire protestataire, surtout basé contre le prix de l’essence, auquel notre radio locale Vire FM nous invitait à participer, tel que nous pouvons le voir sur cette capture d’écran prise lors de ce week-end de novembre 2018.

Ce « Bloquons tout ! » ne laisse donc pas de place à l’incertitude et toute la matinée sera donc consacrée à ce mouvement se situant au rond point de la Papillionnière.

Le journaliste Christophe Lécuyer se situait sur les lieux au sein des manifestants et le directeur de la station Régis Picot tenait l’antenne dans le studio.

Cette mâtinée a donné lieu à des échanges croustillants comme par exemple, lorsque Christophe Lécuyer demande à un participant s’il est prêt à revenir le weekend suivant et que celui ci répond: « non, car j’ai un repas de famille dans l’Est, près de Strasbourg ».

Rappelons nous que cette manifestation concernait le prix de l’essence et que ce manifestant n’avait donc visiblement pas tout compris.

Autre épisode amusant lorsqu’un manifestant fait part au journaliste de son intention de parler à la municipalité.

Le directeur de la station s’est bien gardé d’intervenir. Souvenons nous que Régis Picot, alors à l’antenne, est non seulement ce directeur de station, mais aussi Maire Adjoint à la ville de Vire donc bien placé pour répondre. Et il s’en est bien gardé. Pourquoi ?

Matinée pleine d’intérêt donc.

Mais la vraie question est: est-ce qu’à l’instar des chaînes infos nationales, le station radio n’a pas encouragé un événement pour pouvoir alimenter une actualité ensuite ?

Normalement, le journalisme suit l’actualité mais ne participe pas à l’organisation de l’évènement.

Matière à réflexion, non ?

La génèse du Préau

Le Préau, Centre dramatique National n’a pas eu que des supporters pour son implantation à Vire. Le 1er avril 1994, après la victoire d’Olivier Stirn aux Cantonales viroises, son équipe s’interrogeait sur la pertinence de l’installation du centre théâtral à Vire telle qu’elle était envisagée.

Je ne suis pas sûr qu’actuellement le partage de la charge avec Flers et Condé sur Noireau soit encore à l’ordre du jour tel que nous le rapportait cet article de la Voix Le Bocage:

Les combats politiques amènent à des contours imprévisibles qu’internet a les défauts de rappeler.

Pour le festival de la chanson conviviale, par contre, c’est réussi. Au niveau du nombre du public en tout cas. Pour ce qui est de l’aspect artistique, c’est pour le moins beaucoup plus discutable (euphémisme pour ne pas dire raté).

Utilisons donc la loupe pour mieux voir: 😁

Exposition « Imaginations »

Depuis le 18 septembre jusqu’au Ier novembre, l’association « le Mois de la photographie » nous permettait de déambuler dans Vire au milieu de très grandes images de Denis Dubois, Alain Jarocinski, Martine Le Cornec et Georges Ozouf.

De la Médiathèque à la Porte Horloge, Notre Dame, jusqu’aux berges de la Vire et à la fermette du musée, nous pouvions admirer du végétal au minéral, de la solitude dans le monde moderne aux collages d »inspiration 19ème siècle.

Plan de Vire avant le bombardement

Ces pages sont extraites d’un livre « De Paris à Granville » dont je n’ai que ces pages. Je ne puis les dater mais elles ont évidemment été imprimées avant le bombardement.

Il est intéressant de noter que la rue André Halbout (anciennement rue du Calvados) était nommée Rue Georges Clémenceau; que la rue Chaussée était la rue Prt Wilson; et que à partir de la rue au Fèvres, partait la rue Mal Foch puis Mal Joffre en direction de Condé et Tinchebray:

Plan de Vire
Centre ville

Suit dans le guide une idée de promenade à travers la ville:

Et pour terminer la promenade, une description/inventaire du musée de Vire qui était situé dans l’hôtel de ville.

N’oubliez pas le guide avec le pourboire 😁

Décret Crémieux et élections présidentielles

En 1830, la France conquiert ou envahit l’Algérie et commence la colonisation.

Le 4 septembre 1870, Adolphe Crémieux (Député de Paris sous le Second Empire), devient membre du Gouvernement de la Défense Nationale qui assure le gouvernement du pays après l’abdication de Napoléon III.

Il fait adopter les 21 et 22 octobre 1870 le décret Cremieux qui assure automatiquement aux Israëlites indigènes du territoire algérien la citoyenneté française.

Il l’accorde également en principe à d’autres indigènes sur leur demande mais n’est que rarement accordée.

Adolphe Crémieux (1798-1880)

Ce décret est abrogé le 7 octobre 1940 par Marcel Peyrouton, ministre de l’Intérieur de Philippe Petain.

Il se trouve qu’un candidat à la présidence de la République, Eric Zemmour, prétend que Pétain a protégé les juifs français pendant la guerre.

Or, imaginons que ce décret soit toujours en place. Cet individu, d’origine juive donc concerné par ce décret, n’aurait pas la nationalité française donc ne pourrait prétendre à la plus haute fonction de la République.

Étonnant, non ?











La suite: le 14 mars 1943 Le Général Giraud abroge le fameux décret et les lois antisémites qu’il juge discriminatoires

Le 22 octobre 1943, le CFLN  (qui faisait suite à la France Libre du Général de Gaulle) rétablit le décret Crémieux et donc redonne la nationalité française aux juifs d’Algérie.

Alors Monsieur Zemmour, on dit merci De Gaulle ou merci Pétain ?

Campagne électorale

A l’aube d’une nouvelle campagne électorale, il est doux de se pencher sur le passé lors des dernières Législatives en 2017. L’humour fait aussi partie de la politique.

Les prochaines ne nous épargneront pas, mais quand c’est fait sans méchanceté et pour rire…

Une chapelle renait

(Initialement parue le 2 octobre)

Ce dimanche 19 septembre, journée du patrimoine,  se pressait dans cette chapelle près du théâtre le Préau une foule qui montait les escaliers.

C’était la chapelle Saint Thérèse des sœurs de la Miséricorde, située rue des cordeliers.

La surprise se trouvait en entrant dans la chapelle.

Les nouveaux propriétaires sont un prêtre anglican et son épouse.

C’est le prêtre lui même qui s’est chargé de la décoration.

Son objectif est d’activer son culte dans la région viroise.

L’église anglicane s’est séparée de l’église catholique sous Henri VIII et ne reconnait pas l’autorité papale.

Et depuis, je suis par hasard tombé sur cet article du Courrier International:

https://www.courrierinternational.com/article/religion-sacrilege-leglise-dangleterre-se-met-au-proselytisme

Un hasard ? Peut être.