Décret Crémieux et élections présidentielles

En 1830, la France conquiert ou envahit l’Algérie et commence la colonisation.

Le 4 septembre 1870, Adolphe Crémieux (Député de Paris sous le Second Empire), devient membre du Gouvernement de la Défense Nationale qui assure le gouvernement du pays après l’abdication de Napoléon III.

Il fait adopter les 21 et 22 octobre 1870 le décret Cremieux qui assure automatiquement aux Israëlites indigènes du territoire algérien la citoyenneté française.

Il l’accorde également en principe à d’autres indigènes sur leur demande mais n’est que rarement accordée.

Adolphe Crémieux (1798-1880)

Ce décret est abrogé le 7 octobre 1940 par Marcel Peyrouton, ministre de l’Intérieur de Philippe Petain.

Il se trouve qu’un candidat à la présidence de la République, Eric Zemmour, prétend que Pétain a protégé les juifs français pendant la guerre.

Or, imaginons que ce décret soit toujours en place. Cet individu, d’origine juive donc concerné par ce décret, n’aurait pas la nationalité française donc ne pourrait prétendre à la plus haute fonction de la République.

Étonnant, non ?











La suite: le 14 mars 1943 Le Général Giraud abroge le fameux décret et les lois antisémites qu’il juge discriminatoires

Le 22 octobre 1943, le CFLN  (qui faisait suite à la France Libre du Général de Gaulle) rétablit le décret Crémieux et donc redonne la nationalité française aux juifs d’Algérie.

Alors Monsieur Zemmour, on dit merci De Gaulle ou merci Pétain ?