Quand une carte postale raconte une histoire

Les cartes postales sont un reflet du passé. Elles racontent la ville avant les bombardements, les attitudes, les habillements etc. Par exemple:

Mais quand on retourne la carte, on peut en apprendre parfois encore plus sur les comportements de l’époque:

Le destinataire d’abord: le directeur du Petit Journal. Ce journal de tendance modérée fut créé en 1863 et termina en 1944. Il fut au début du XXème siècle un des journaux au tirage le plus important.

Le texte maintenant. L’orthographe prête à sourire mais le fond du texte beaucoup moins.

Le monsieur qui a écrit cette carte à un journal important de l’époque réclame la peine de mort pour un dénommé Solleilland (il m’a fallu faire quelques recherches) Albert de son prénom.

Nous sommes le 31 janvier 1907à Paris.
Albert Soleilland, 26 ans, employé dans un magasin de meuble, était chargé d’emmener la fille d’un couple d’amis, la petite Marthe, 12 ans, voir un spectacle.

L’individu, à la place, emmène la petite fille chez lui, la viole, l’étrangle, la poignarde en plein cœur puis emballe son corps et l’enferme dans une consigne à la gare de l’est.

L’individu sera condamné à mort le 23 juillet 1907 puis gracié (par le président Armand Fallières, hostile à la peine de mort) donc condamné aux travaux forcés à perpétuité à l’Île Royale (Guyane).

Par contre, cette grâce provoquera une immense émotion populaire et le Petit Journal organisera un sondage auprès de son lectorat pour lequel il obtiendra 1.500.000 réponses avec 74 % de réponses favorables à la peine de mort dont celle ci, vraisemblablement provenant d’un Virois.

Maintenant, il écrirait un mail.

Albert Soleilland mourra en 1920 de la tuberculose en Guyane.+